Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
March 5 2009 5 05 /03 /March /2009 18:21
Et bien je retourne à l'oulpan et, comme me la fait remarquer très judicieusement une amie (qui s'y connait), c'est une formidable expérience anthropologique.
J'ai commencé dimanche un oulpan axé uniquement sur le travail et l'informatique.
Je suis ravie d'en être et je vais tous les jours à Jéru en bus ce qui est tout sauf une partie de plaisir.
Oui je sais je râle tout le temps et je critique tout mais je m'en fous et même je revendique le droit d'être une chieuse.
Je me lève à 6 heures 30 du mat ce qui me convient bien mieux que plus tard (et ces derniers temps je dirais même que c'était beaucoup plus tard), et le premier geste que je fais c'est allumé le "doudou" (un espèce de bidon sur le toit cerné de panneaux solaires sensé me donner de l'eau chaude), dans l'espoir donc d'avoir de l'eau chaude.
Dès qu'il fait beau, point besoin d'allumer le "doudou", l'eau est très chaude, voire bouillante.
Depuis une semaine qu'il pleut comme en Belgique, il fait froid comme en Belgique.
(Manque juste l'accent flamand de la postière, "toi vouloir des timbres ?")
Je prends le bus 110 pour Jérusalem et j'ai à peu près 40 minutes de trajet, jusqu'à l'entrée de la célèbre cité.
Et là c'est pire que les embouteillages du "carrefour des 4 bras" à Bruxelles, sans le flic flamand qui te demande  après avoir chercher un quart d'heure son sifflet, vu qu'il est déjà fortement éméché," Toi vouloir aller où ? Te faut te décider hein !", alors que c'est lui qui est à contresens.
Comme toujours la radio est allumée et j'écoute distraitement les nouvelles en regardant les gens au volant de toute sorte de véhicules.
Une dame qui se brosse les dents, (jamais vu ça avant) une floppée de conducteur au téléphone, ceux qui mangent leur petit déj, (à moins que ce soit déjà le lunch ?) en buvant leur café, soda, gin...
Des femmes qui se coiffent, se maquillent, prennent leur douche...

Soudain j'entends des "ah" et des "oh" effarés, suivis de "tsssssssssssss!"
"Oye oye !"
Et puis les voyageurs échangent leurs impressions avec le chauffeur, rajoutant des détails.
Ma voisine est au bord du malaise.
Une dame âgée aurait eu un accident dans un ascenseur.
Et les détails sont gores à souhait.
Je comprends vaguement qu'elle est en très mauvais état, on parle de morceaux de jambes et de mains.
Je mets encore une demi-heure pour arriver au cours.
Soit avec quinze minutes de retard.

Avec moi il y deux indiens de 19 ans, Paul et (j'ai pas encore compris, cette fille ne parle pas, elle murmure), un éthiopien qui s'appelle Israël, une canadienne dont je n'ai pas non plus retenu le nom, une russe, Catharina (28 ans ?), qui aime bien rigolé, Manuel qui vient d'Argentine, Peter qui a fui l'Iran (on se demande pourquoi), Sasha, un russe qui a vécu toute sa vie en Allemagne et qui a 29 ans, une autre russe avec un prénom en "a" et un couple de russes qui a l'air d'être arrivé tout droit de la Steppe.
Lui Ivan, elle Isabella.
En fait, eux sont venus le premier jour, dimanche, et puis à ma grande joie on ne les a plus revus.
Maintenant que j'ai dit ça on parie que demain...
Pourquoi tant de méchanceté de ma part me demanderiez-vous si vous en aviez l'occasion ?
Et bien vous n'en avez PAS l'occasion.
Je vais vous le dire quand même.
Parce que je suis méchante (si, si) et parce que dans le genre gonflants, ils ont fait vite et fort.

D'abord un petit détail:
En Israël, beaucoup d'intérieur sont froids, pire crus, du moins en hiver.
Il fait souvent meilleur dehors que dedans, ce qui pour un pays où il fait chaud 9 mois par an est plutôt agréable.
Sauf quand il fait froid.
Tout ça pour en arriver au fait que nous suivons les cours emmitouflés comme des nouveaux-nés en Mongolie, (oui, en Mongolie on emmaillotte les bébés complètement, comme des saucisses), et qu'en plus on met en route le chauffage qui n'est pas un vrai chauffage et qui, c'est selon, souffle de l'air froid ou de l'ai chaud, quand ce n'est pas les deux.

Igor, ne comprend même pas quand on lui demande son nom, et pourtant la prof ne lui parle pas flamand.
Sa femme lui traduit donc chaque mot et je me demande si elle va l'accompagner à sa première entrevue d'embauche.
Outre que ça ménerve au plus haut point, elle a joué chaise musicale pendant les 4heures et demi de cours croyant à chaque fois avoir trouvé l'endroit idéalement chaud de la classe, sans se soucier de déranger les autres.

Manuel lui, croit qu'il a un cours particulier.
Non seulement il pose des questions sur tout de sa voix grave, interrompant sans cesse le cours, mais il est tellement absorbé par comment poser encore et encore des questions, qu'il ne suit rien.
Ainsi, le premier jour, Limor, notre prof nous explique les différents mots pour un même métier.
Exemple, le menuisier à appris la menuiserie, l'architecte l'architecture, etc etc...
Déjà, la majorité de la classe met un temps fou à piger, elle explique pendant un demi-heure en rajoutant qu'elle est enseignante et qu'elle a étudier un truc qui se traduirait en français par "éducation".
Manuel gratte comme un fou dans son carnet.
Le lendemain, elle nous rappelle pendant le cours cet épisode.
Je suis enseignante et j'ai étudié l'"éducation"...
Manuel: "Ah oui ?"
Nous nous présentons les uns aux autres et quand c'est mon tour, je dis que je suis arrivée en septembre 2008, que je viens de Belgique, que je vis à Modiin et bla bla bla.
Quand j'ai fini il me regarde et me demande...depuis quand je suis en Israël !
Paul et moi on a eu un de ces fous rires...
On n'arrête pas de se foutre de lui, il ne comprend pas le second degré.
Il est toujours en décalage et c'est énervant au possible.
Aujourd'hui Paul et moi on l'a mis en boîte en disant qu'il arrive tous les jours en retard.
Lui se défend comme un gamin et répond que ce n'est pas tous les jours le cas.
On insiste sur le fait qu'il part avant la fin du cours, et il dit qu'il fait quand même ses devoirs.
Malgré le fait que tout le monde se marre, il ne pige pas.
Ainsi nous lisons un texte avec plein de mots nouveaux, qu'elle nous explique bien sûr, et lui, dix minutes après, demande ce que ça veut dire !
On dirait le professeur Tournesol !
Sauf que c'est un (très) religieux dans son costume très strict ! 
Dans chaque classe il y a celui qui sait tout, celui qui ne sait rien, celui qui croit qu'il sait.
Celui qui n'est jamais à l'heure (moi notament), celui qui doit toujours partir plus tôt, celui qui demande toutes les cinq minutes quand on a le break.
C'était pareil quand j'étudiais en Belgique.
Les deux jeunes indiens parlent d'une façon incompréhensibles.
Paul ne sait pas prononcer les "ch".
A part plein de séances de logopédie, ce garçon qui par ailleurs connaît très bien l'hébreu et l'anglais ne se fera jamais comprendre.
Un jour il m'a traduit un mot hébreu, en anglais.
So.
Je lève les sourcils.
The so.
Je me tourne vers mon voisin.
So !
Non décidément...
Ah ! The show !
C'est très gênant d'autant qu'il y a encore des crétins qui sévertuent à le corriger.
Heureusement ça le fait marrer.
Sa copine, ou sa cousine, je n'en sais rien, elle, ne sait pas prononcer les "s".
On dirait un duo comique.
Lui: "Le semin le plus souette pour aller à seval est par les samps."
Elle: "La choie est bien plus douche chur la peau que le chatin."
Alors lui, en plus, rentre à l'armée dans un mois, et j'espère pour tous qu'il ne deviendra jamais sergent ou pire commandant.
Il y a énormément de mot en "ch" en hébreu !
"Si tu me serses des poux, tu vas devoir soisir une autre unité, après avoir laver les siottes avec tes seveux!"
Et chi cha copine-cougine fais elle auchi son chervice en même temps...
"Che vous préviens que cha va pas che passer comme cha !"





Share this post

Repost 0
Miss caustic - in Portrait
write a comment

comments

CETNAT 03/06/2009 08:09

Tu es déchaînée. ;)

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages