Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
May 9 2009 7 09 /05 /May /2009 01:18
                                                               Olivier Suire-Verley

Foire ou salon pour l'emploi, vous connaissez bien sûr.

Nous avons été conviés, avec insistance, à nous rendre à ce salon, mardi dernier, dans le cadre de notre oulpan.
Bien sûr tous ceux qui auraient dû venir ne sont pas venus, et je suis partie avec mon compagnon éthiopien, Israël.
Nous sommes arrivés alors que le salon avait ouvert ses portes depuis un demi-heure et nous nous sommes mis dans la file.
Parce que oui, il y avait déjà une file dehors.
C'est à dire que quand on ne sait pas où on doit aller et qu'on voit une file, on s'y colle comme des moutons en espérant que c'est la chose à faire.
On regarde ses voisins, ceux qui précèdent et ceux qui suivent, en espérant voir écrit dans leurs yeux, oui, oui, vous êtes au bon endroit .
Mais ce qu'on lit est un peu différent.
Ah, tu te mets dans la file parce que tu sais que c'est là qu'il faut que tu te mettes et donc je m'y mets aussi..
Non je vois dans tes yeux que toi non plus tu ne sais pas si c 'est ce qu'il faut faire mais, comme tu es un mouton comme moi....

Oh mais je le connais celui-là ! il était avec moi dans le premier oulpan !
Salut, salut !
Isarël d'Ethiopie discute avec des copains à lui et finalement nous entrons.
Que dire ?
La foire aux bestiaux n'est rien comparée à ce que nous découvrons.
Un monde fou, du bruit, des cris et des stands.
Enfin des stands...si on veut.

Je ne vois d'abord rien d'autre que le bruit.
Oui, on peut voir le bruit  figurez-vous !
Ensuite, un dame nous accueille en nous demandant de remplir un formulaire et elle nous  remet une liste recto verso, avec le nom des sociétés présentes, le numéro de leur stand et ce dans quoi ils recrutent.
J'ai donc fait un petit tri et je commence mon tour, ou plutôt mon corps à corps.
Premier problème, les exposants sont assis derrières de vulgaires tables de cuisine, et avec la foule, on ne les voit tous simplement pas.
Quand, ayant bravé la marée humaine, on arrive enfin devant l'un deux, on se met à chercher leur numéro ou au moins le nom de la société.
Mais...
Écrits sur une feuille A4 pliée en deux  collée sur le bord de la table, contre laquelle de pauvres bougres sont assis à la recherche d'une ébauche d'entretien, dans l'espoir d'un véritable entretien, incessamment sous peu...on ne voit ni le nom ni le numéro ni rien de rien d'ailleurs.
Bref c'est pire qu'un de jeu de piste .
Je cherche donc la première compagnie que j'ai sélectionné, numéro 15, qui demande des personnes pour s'occuper de personnes âgées.
J'arrive face à deux gars devant lesquels personne n'est assis, ce que je trouve bizarre, et qui me regardent de façon bizarre lorsque je m'assieds.
Vous suivez ?
Je me présente en hébreu et leur demande en quoi consiste ce travail avec des personnes âgées.
Ah mais nous on cherche des électriciens.
Toujours l'air goguenard.
Heu non ça c'est pas mon rayon, je bafouille.
Merci au revoir salut.
Merde c'est quoi ce foutoir ?
Je trouve une des organisatrices ( tu parles ) qui me répond pas du tout surprise, qu'ils se sont mélangé les pinceaux dans les numéros.
Ah bien sûr !!! Évidemment.
Je me demande ce qui étonne les israéliens.
Vraiment pas grand chose je crois.
Il n'y a que moi et tous les autres fraîchement arrivés dans ce formidable pays, qui sommes interloqués.

Je replonge dans le bain de foule et Israël me dit qu'une compagnie française cherche des gens parlant français.
Où ça? demande-je ?
Là- bas me répond-il avant de disparaître.
Heu ? Où ?
Je regarde dans la direction de "là-bas"et je vois que des bras et des jambes et des têtes, et toujours ce bruit.
Une main anonyme me happe et je me laisse entraîner vers une table minuscule, à laquelle est assise une dame minuscule.
La main appartient à la fille qui "s'occupe"de moi chez Manpower. Elle m'introduit auprès de la petite dame qui me dit de m'asseoir.
J'entends à peine ce qu'elle dit, j'ai chaud, et pour pimenter le moment, un imbécile fait des annonces au micro, pendant que je lis sur les lèvres de mon interlocutrice.
Qui me dit de la rappeler le lendemain pour un premier rendez-vous.
Je la remercie et tente à nouveau de discerner quelque chose d'intéressant dans ce merdier .
Je décide de sortir après cinq minutes, parce qu'avant même d'avoir trouvé un boulot, je commence à rêver de retraite anticipée.
Dehors la file a centuplé et je me réjouis d'être arrivée au début du carnaval.





Share this post

Repost 0

comments

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages