Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
February 28 2013 5 28 /02 /February /2013 10:45

Suite des périgrinations de mon ami Philippe, c'est lui qui s'exprime  ... 


Pour vous raconter cette histoire, il me faut un petit préambule.


Il y a quelques années, dans un club de jazz parisien, j’ai eu la chance de découvrir un pianiste extraordinaire, Alon Yavnai.

Je précise que je suis un amateur invétéré de jazz et en particulier de piano.

 

Comme je n’aime ni Keith Jarrett, ni Brad Mehldau ( je l’ai vu une fois en concert et je me suis endormi - au grand déplaisir de mon voisin, car quand je dors assis, je tends à ronfler), je pense qu’Alon Yavnai est le plus grand pianiste de jazz vivant.


À l’occasion d’un séjour impromptu en Israël (voir un autre article sur le blog de Joëlle), j’avais décidé que le moment était venu,

a) de ramener un souvenir plus judicieux qu’un aimant de frigo en forme de dromadaire avec, marqué sur la bosse, « I love Eilat »,

b) de compléter sur place ma collection de CD par un ajout issu de la discographie - assurément pléthorique - d’Alon Yavnai, un enfant du pays d’envergure mondiale, et certainement adulé dans son pays d’origine.

À ce stade, le périple commence...

La première étape débute à Eilat (en fait, j’y suis déjà, je dois être un peu spécial : j'aime bien cet endroit).

Pour ceux d’entre vous, certainement peu nombreux, qui ne connaissent pas Eilat, au moins de réputation, c’est non seulement une fournaise et un sympathique endroit balnéaire complètement surpeuplé avec un aéroport en pleine ville, comme une station de bus, mais aussi (ou, selon les priorités du visiteur, surtout) le paradis des shoppeurs fous : toutes les grandes marques imaginables, tous les magasins ouverts jusqu’à minuit, et tout en hors taxes.

Bref, comme on disait dans ma jeunesse lointaine, le pied géant.

Donc en route pour le Mall HaYam, autoproclamé « the highest grossing mall in Israel ».

Une fois à l’intérieur, on n’en doute plus. Autant y aller franco et sans crainte. Si je ne trouve pas de CD d’Alon Yavnai ici, c’est sans espoir.


Alon-Yavnai.jpg

J’entre donc dans le ‘mall’, et la main crispée sur mes cartes de crédit, je passe devant les vitrines de Gap, Hugo Boss, Gant, RipCurl, Billabong et Timberland, où je résiste à la tentation d’acheter un blouson en cuir doublé en promo d’été à -50 % (très pratique et agréable pour faire une virée dans le Neguev) ; je détourne pudiquement les yeux d’un très beau magasin de bikinis (je suis avec mon amie, qui est horriblement jalouse, et je préfère éviter qu’elle m’accuse d’aimer les mannequins de vitrine à gros seins en bikini) ; j’achète juste un bermuda Quiksilver en super-bargain dont je n’avais aucun besoin, et je m’arrête, légèrement épuisé par ma lutte intérieure contre le mercantilisme, au café du premier étage.


Espresso excellent, jus d’orange délicieux, et brownies très moelleux - à ne pas manquer (c’est la minute TripAdvisor).

Après deux doubles express, je repars ragaillardi pour trouver enfin, tout au fond du centre commercial, sans doute là où le loyer est le moins cher, sous une enseigne orange décorée d’un logo horrible (étant publicitaire, je suis un peu sensible à ça), le 'disquaire' (encore une expression de ma jeunesse).

Alon Yavnai est à portée de main : je touche au but.

Share this post

Repost 0

comments

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages