Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
January 3 2013 5 03 /01 /January /2013 16:12

Mon fils me disait dernièrement qu'il me trouvait devenue drôlement philosophe.

Ce à quoi je lui ai répondu que c'est impératif quand on vit ici.

 

Aujourd'hui, je suis allée faire des courses au super.

Le jeudi, veille de shabbat, est un jour à éviter, mais on n'a pas toujours le choix.

 

Je suis cernée par les grandes surfaces.

Sur 100 m2, il y en a 5.

5 et demi si je compte celle en bas de chez moi.

 

Je pars donc faire mes emplètes, si on peut dire et je choisis spécifiquement l'un d'eux pour la viande.

 

Arrivée à la boucherie, où, manque de bol, il y a une promo, le kilo de poulet à 1 shekel, soit 0.20 euros, il y a embouteillage de caddies.

 

Inscrivez-vous à la newsletter, à droite, oui là, ça vous évitera de vous demander quand j'ai pondu un nouveau billet !


Je prends un numéro, le 503, constatant que le tableau affiche 479.

 

...

 

Cela ne veut pas du tout dire que j'en ai pour 24 minutes d'attente, non, non.

C'est sûr, je vais dormir dans le magasin.

 

Les bouchers, qui ont l'habitude des assauts de la clientèle, restent stoïques.

 

Il y en a même un qui prépare les commandes, donc qui ne s'occupe pas de nous, et un autre qui applati avec férocité une tonne de shnitzels.

 

C'est là que je deviens philosophe.

Car aucun énervement, aucun soupir tonitruant, aucun râle exaspéré, ne fera accéléer la cadence.

 

Les clients hésitent, changent d'avis, téléphonent.

Et les autres attendent.

 

Les numéros défilent tellement vite, que nous sommes aux aguets, tels des joueurs de lotto, épiants les numéros gagnants.

 

Une dame, la soixantaine au look échevelé, sautille sur la pointe des pieds d'un bout à l'autre du comptoir, son ticket à la main.

 

Un monsieur un peu sourd, crie à chaque nouveau numéro, "Moi j'ai le 504 !"

On est tous contents pour lui, tiens.

 

Une jeune femme d'une trentaine d'année énumèrent une liste et au fur à mesure qu'elle récite sa commande, le boucher lui dit qu'il n'y a pas.

 

La fille n'a plus qu'à appeler ... maman pour lui annoncer la mauvaise nouvelle.

Le boucher lui demande "Tu parles à maman ?"

Oui, fait-elle de la tête.

Lui "Passe la moi."

Elle lui tend le téléphone et il commence à expliquer à la dame que tout ce qu'elle veut, y a pas, mais qu' il y a de l'osso bucco.

"C'est quoi de l'osso bucco ? Ah mais c'est délicieux et tu n'as rien à faire ...

Combien ça coûte un kilo ?"

Il met les os sur la balance.

"Attend ...Tu en as pour 145 shekels."

 

...

 

"Oui? Non? "

 

...

 

"Sinon j'ai aussi du poulet en promotion. 1 shekel le kilo, tu te rends compte ? Tu ne peux pas rater ça !"

 

La foule suit la conversation.

 

Un client lui dit en rigolant, "Quoi ? Tu n'as pas assez de clients ici, tu fais de la vente par correspondance ?"

Tout le monde se regarde, mais le boucher continue calmement.

 

La dame qui sautille depuis 20 minutes, le ticket toujours à la main, ne comprend pas par quel miracle les gens savent quand c'est leur tour.

Ils lui expliquent qu'il y a deux tableaux lumineux qui affichent les numéros.

C'est là qu'elle se rend compte que le sien est passé hier ...

 

Après une demi heure de ce cirque, c'est mon tour.

"503 ?"

"C'est moi"

Le monsieur me demande, "tu as quoi comme numéro ? Moi j'ai le 504 !"

 

Ce super a instauré des caisses express, comme celles que j'ai connues en Belgique.

Caisse EXPRESS, pour les petits achats.

 

Mais non, l'israélien n'en a rien à f...aire.

 

Il vient avec un caddie bondé, ne trouve pas le code barre, ne sait pas où poser les articles scannés, et ne comprend pas comment la machine calcule le poids des fruits et légumes.

 

Une employée attitrée est appelée de gauche à droite, pendant que ceux qui attendent, moi par exemple, s'énervent.

 

Une des spécialités exaspérantes de l'israélien, c'est que pendant qu'il fait ses courses, son caddie, lui, fait la file.

 

Ainsi je poireaute depuis 1/4 d'heure quand une bonne femme derrière moi me dit, "Pardon, mais j'étais devant toi ..."

 

"Ah oui ? je réponds, "je ne t'ai pas vue pourtant !"

"Ma poussette était là."

 

"Ah ben, désolée, maintenant tu es derrière moi, et ta poussette aussi."

 

Et la dame se permet d'être offusquée, mais oui, mais oui.

 

Je lui explique, que la file on l'a fait quand on a FINI ses courses, qu'en plus ici, c'est une caisse EXPRESS, pas pour les caddies qui débordent comme le sien, mais bien pour les gens comme moi, qui ont quatre articles.

 

Philosophe d'accord, mais il y a des limites !

Share this post

Repost 0

comments

naomi 01/25/2013 07:10

C'est là que je me dis que les décennies ont filé à la vitesse grand V.

Les makolet, c'était quand même plus sympa...

boubouline 01/03/2013 17:41

Et encore t'as du bol que je suis pas dans la meme file que toi car ma file est TOUJOURS cata

Marcoroz 01/03/2013 17:24

C'est là qu'on voit l'intérêt d'être végétarien ! ;-)

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages