Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
April 5 2010 2 05 /04 /April /2010 15:43

Chéri a un cousin qui vit dans le nord, au kibbutz.

La région est tout simplement splendide et passer le sedder au kibbutz, était une nouveauté pour nous.

Pessah 2010 070

Nous sommes arrivés vers 16h, dans la vallée du Jourdain, à 20 kms de la Jordanie, dans ce qui fut un des kibbutzim les plus prospères d'Israël.

Après les retrouvailles et les embrassades, nous avons commencer à dresser les tables, pendant que de quoi nourrir la moitié du voisinage était en train de mijoter.

La suite de la famille, ainsi que des voisines sont arrivés avec ... des salades et des plats.

Miraculeusement, nous avons tous pu nous asseoir autour des innombrables prestations gastronomiques des convives.


Et nous avons commencé une parodie de sedder, chacun interrompant le début des prières pour dire une chose certainement primordiale, enfin je suppose, car c'est là que j'ai commencé à perdre le fil.

Ce fut ensuite assez étrange et cacophonique, jusqu'à ce que nous constations que chacun ayant une haggadah différentes, chercher l'harmonie allait être vain.

Personne ne lisait la même chose et il n'y a que lors des chants qu'une certaine cohérence, très relative quand même, pouvait donner un moment l'impression que nous faisions ça correctement.

Je ne connais que ce que j'ai vu en Belgique, et j'ai pu depuis constater que chaque famille ici met sa sauce perso, ses habitudes et ses (mé)connaissances au service de nos traditions.

Et que les plus motivés sont, comme toujours les enfants, qui adorent les histoires, la nôtre en particulier.


Chacun y va de ses préoccupations.

Les femmes c'est la nourriture.

Y aura-t-il assez ? Question que se pose toute mère juive qui se respecte et question que se pose également tout goinfre qui se respecte et qui sera inévitablement invité.


Les hommes, c'est de dire que tout est délicieux, et de la prouver en emmagasinant pour la semaine.

Nous avons commencé à quatorze à table et avons fini à je ne sais plus combien.

Nous n'avons manqué ni de chaises, ni de fous rires.


Les puristes s'offusqueront sans doutes, mais ce qui importe à mes yeux, c'est que chacun sache pourquoi il est là, et ce qu'il fête, même si le style laisse un peu à désirer.

Car Pessah c'est avant tout la fête de la liberté retrouvée.

Pessah 2010 012

Share this post

Repost 0

comments

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages