Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
October 8 2012 2 08 /10 /October /2012 18:35

Me revoilà à Tel Aviv pour le boulot.

 

Je travaille dans un quartier branchouille nommé Basel, très agréable et typique de ce que Tel Aviv peut offrir de mieux.

 

Belles boutiques de stylistes, cafés sympas, magasins de décoration, et toute une faune colorée pour qui le terme "ridicule" est inconnu.

 

Je ne sais pas pourquoi, mais où que j'ai voyagé, les artistes-créateurs-bobos se ressemblent comme des clones.

 

Il y a ceux qui sont la réplique parfaite de ce que l'on trouve malheureusement dans les magazines, ceux qui ont lu où il faut être et avec qui, comment se looker, parler, vivre quoi.

Photoshop en moins.

 

Les femmes ont très (très) souvent subi un ravalement de façade qui en font potentiellement de bonnes candidates pour des films d'horreur de série z, et leur mec a tout du toy boy sans les pectoraux, au regard un peu hagard de celui qui ne se souvient plus très bien comment il en est arrivé là.

 

Il y a ceux qui par soucis de ne pas avoir l'air d'être à la merci de la mode, font semblant d'avoir un genre.

Lequel je ne sais pas, mais pas celui que je voudrais avoir en tous cas.

 

La fille qui travaille deux boutiques plus loin, a les cheveux jaunes, un orange à lèvres qui ferait passer le clown Zavatta pour un amateur, et porte des vêtements vintages affreusement laids.

Vous remarquerez que j'ai dit affreusement et laids dans la même phrase, car il y a des limites, moi je dis.

 

Mais le summum ce sont les pompes, inspirées directement d'une certaine Gaga, reine du mauvais goût, qui a fait tant d'émule que c'en est à désespérer du genre humain.

 

L'avantage, c'est qu'il y a des bancs tout le long des boutiques.

Tu t'installes, une glace à la main, et tu mates.

C'est mieux que le cirque, et c'est gratuit.

 

Une amie et moi-même avons fait un petit tour dans le quartier, et nous sommes entrées dans une maroquinerie.

Mon amie a vu un sac en cuir affiché 699 shekels dans la vitrine.

Il s'avère qu' il est à 1699, le chiffre 1 ayant décoloré au soleil.

"Non, non, dit la vendeuse, on n'a pas honte de nos prix !"

 

J'ai déjà observé cette attitude des vendeuses de trucs chères, alors qu'elles ont un salaire aussi merdique que le mien.

Mais à force de traîner dans le milieu du luxe, on perd la valeur des choses. 

Et surtout on se croit au-dessus des autres.

 

L'éclair au chocolat, dans la délicieuse petite boulangerie à côté, coûte le prix d' un mini terrain, d'où l'intérêt de n'en acheter qu'un à la fois et de choisir avec qui le partager.

Cet endroit ne désemplit pas, à croire que tout est gratuit.

 

Ah les bobos, cette merveilleuse clientèle esclave du paraître ...!

 

Bien sûr c'est plein de français et d'américains, de touristes et de tout nouveaux émigrants.

 

On peut à peine marcher sur les trottoirs, squattés par les foutus cyclistes, qui ont déjà failli me renverser plein de fois.

 

Bien qu'il y ait pas mal de pistes cyclables à Tel Aviv, ses piétons, qui ne connaissent pas la discipline, élevés et vénérés comme des roitelets capricieux par des mères juives sûres de faire au mieux, marchent là où sont sensés circuler les vélos, ceux-ci se rabattant donc sur les trottoirs.

Gare donc si vous êtes suivi par un des ces électrons libres, et que vous vous arrêtez brusquement, ou pire, que vous faites demi tour.

Oui, ça fait très mal, merde.

 

Et les poussettes.

Vous savez, ces nouvelles choses ergonomiques et encombrantes, trop petites pour que bébé y soit à l'aise après 3 mois, et dans laquelle on met ses achats, le locataire pendouillant dans les bras.

Ces cons entrent partout avec, même si l'espace fait 2m2.

 

Sans oublier la cohorte d'enfants terriblement mal élevés et antipathiques, ben oui, ça va ensemble.

La mignonne petite frimousse à qui on sourit et qui vous regarde du haut de ses 2 ans avec tout le dédain du monde.

Et la maman qui va avec, conne, débordée, coupable forcément de n'avoir pas assez donné le sein, ramassé les crasses du futur Nobel, chanté des chansons débiles, l'avoir pris dans son lit ...

 

Devant, le toy boy, courant derrière un morveux qui découvre comment faire suer ses parents.

Ce petit "lui" pas charmant du tout, qui dort dans le lit conjugal, et décide du programme télé.

 

Beaucoup de petit dernier aussi, beaucoup !

Papa et maman, bien que botoxés et déjà bien amortis, qui ont eu envie d'un dernier pour la route.

Ouiiii, un bébé à 43, 45 ans c'est vivifiant, énergisant, rajeunissant ... Tuant.

 

Bonjour la gueule de bois, hein.

 

Voilà un très petit échantillon de ce que l'on peut voir de l'un des bancs rue Basel, à Tel aviv.

 

Allez ...

 

Tel Aviv Rothschild 067

Share this post

Repost 0
Miss caustic - in Portrait
write a comment

comments

nathalie cohen elcabas 05/06/2013 21:27

miss caustic tu est bien severe avec cette ville que moi j'adore!!!je ne sais pas pourquoi ton travail t'envoie labas, mais fais un proces à ton patron.....et ne retourne pas dans ce qui semble
etre pour toi l'enfer!!! ce n'est meme pas drole, ni caustique....il n'y a rien de positif.allez bon courage.

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages