Overblog Follow this blog
Administration Create my blog
September 11 2012 3 11 /09 /September /2012 11:43

Dimanche nous fêterons la nouvelle année.

 

Nous entrerons en l'an 5773.

 

Quand on pense à tous les efforts fournis pour nous anéantir ...Uniquement parce que nous sommes juifs, rien d'autre, eh bien, je me dis que ce que nous devons fêter en cette année nouvelle, comme toutes celles d'avant, c'est de toujours continuer à aimer très fort cette putain de vie.

 

Nous nous souhaitons chaque année une année bonne et sucrée.

Sucrée elle ne l'est pas toujours, ni bonne d'ailleurs, mais vue d'ici, chaque nouvelle année a une autre dimension.

 

Parce que nous la fêtons avec les juifs du monde entier, ceux venus d'Iran, de Turquie, d'Irak, du Yemen, du Liban, du Maroc, de Tunisie, d'Algérie, ces pays où il ne fait plus bon d'être juif.

 

Et puis il y a les danois, les allemands, les français, les belges, les américains, les canadiens, les anglais ... venus de pays où porter la kippa est devenu une "provocation".

Quand la circoncision n'est pas remise en question pour des raisons obscures et détournées.

 

Souhaiter une bonne année juive, c'est souhaiter énormément de choses à la fois.

Je résume toujours cela par une seule phrase, "Qu'on nous foute la paix".

 

Si seulement.

 

Cette année le premier souhait serait que nous échappions à la guerre avec l'Iran.

Mais est-ce bien réaliste ?

 

Le second serait que nos ennemis nombreux cessent de croître, alors qu'ils ne savent même pas, pour la plupart, qui nous sommes.

Mais est-ce bien réaliste ?

 

Le troisième serait que tous les arabes israéliens et les juifs se mélangent sans méfiance et curieux d'enfin se découvrir.

Ah ça, ça me paraît plus réaliste.

 

Mais surtout nous souhaiter à tous de vivre notre judaïsme librement et comme bon nous semble.

 

Une nouvelle année sans intégristes primitifs et moralisateurs.

D'où qu'ils viennent.

 

Une année où le meilleur pourrait nous arriver, comme une bonne surprise qu'on attendrait depuis si longtemps.

 

On y croit, c'est un des miracles de ce pays.

 

Parce que fêter notre nouvelle année en Israël, c'est constater que bien des voeux se réalisent.

 

Shana Tova à tous, que cette année nous soit douce, heureuse, pacifique, et que tout cela devienne enfin réaliste.

 

rosh-a-shana.jpg

Repost 0
September 1 2012 7 01 /09 /September /2012 13:13

4 ans que j'ai fait mon alya.

J'ai l'impression d'y être depuis des années, et pourtant ...

 

Pas l'once d'un regret, et toujours cet émerveillement de vivre ici.

L'impression de faire partie d'un tout bordélique mais harmonieux.

Le sentiment de vivre au creux du Monde, où derrière chaque porte il y a une histoire.

La certitude d'être enfin à ma place.

 

Bien qu'ayant tout recommencé, jusqu'à apprendre à lire et à écrire, (c'est pas gagné d'ailleurs), bien qu'ayant changé de niveau et de mode de vie, de climat, (j'aime pas la canicule), de nourriture, de monnaie, de voisins, de culture, de boulot(s), (hé hé), je ne me lasse pas d'être ici.

 

Nouveaux amis, parmi les premiers voisins mais aussi parmi ceux qui, comme nous, ont sauté le pas, parfois il y a très longtemps.

Après le boulot, la plage, les rendez-vous au café à l'ombre du soleil.

L'énergie incroyable de ce pays, le dynamisme de ses habitants, leur humour, leur curiosité et leur fierté.

 

Tout ça, et encore bien plus, fait que je suis fière et heureuse d'être israélienne.

Depuis 4 ans déjà.

Seulement.

 

_3114-copie-1.jpg

Repost 0
August 17 2012 6 17 /08 /August /2012 09:26

...d'une collègue manipulatrice ?*

 

J'ai tapé dans Google, "Comment se débarrasser d'un collègue ?", et je suis tombée sur une avalanche de commentaires désespérés de gens dans ma situation.

 

En général, les conseilleurs, qui ne sont jamais les payeurs, les experts en tous genre, préconisent d'agir de la même façon que ceux qu'on méprise.

Autrement dit, la seule solution serait de devenir aussi minable que son adversaire ...

 

Seulement n'est pas ignoble qui veut.

Et encore moins qui peut.

Le manipulateur est une caricature.

Il suffit de lire les témoignages pour être surpris du fait que tous ont le même comportement.

 

Se mettre en valeur est la première chose.

Ou plutôt, se vendre.

Se vanter, comme un enfant fier de n'avoir pas fait pipi dans sa culotte.

 

Elle fait des bijoux, et porte ses créations telle une femme sandwich.

Et elle te dit, "Tu as vu, c'est moi qui les ai fait ?!"

"Moui, moui, j'ai vu...On peut pas ne pas les voir, en même temps, hein !"

Bien sûr elle attend que je m'extasie, elle en a besoin même, la pauvre.

NON, pas la pauvre !

 

Ma collègue, beurk, appelons-la Kaa, comme le serpent du livre de la jungle, vous savez, "Aies confianceuh...", qui vous donne des petits nomnoms à la concon, alors qu'elle vous connaît depuis 2 secondes, "Ma chérie, mon sucre, ma mignonne, ..."

(Pardon, je reviens, je vais vomir.)

 

 

   
Celle-là donc, dès le premier jour a demandé aux clientes de lui écrire des lettres pour dire à quel point elle est formidable.
D'abord je ne l'ai pas crue quand elle me l'a dit.
C'est quand même pathétique à 50 balais, et le résultat, pas du tout escompté par elle, a été une franche rigolade au sein du bureau, ainsi que parmi mes amis.

 

Faut dire que la concurrence était dure, vu que les clientes m'adorent, sans que j'ai à leur demander des bons points.

 

Ainsi, plutôt que de profiter de la bonne ambiance, elle a dû se dire que pisser pour marquer son territoire serait productif.

Le premier jour, je lui ai expliquer le fonctionnement de la caisse, les principes de la maison, et je lui ai dit qu'elle pouvait m'appeler à tout moment si elle avait un problème.

Je lui ai dit aussi qu'on ne se bat pas pour les clientes, qu'elles viennent pour la boutique et pas pour une vendeuse, comment on range le stock et où, bref, rien de bien compliqué.

 

Elle a fait tout le contraire depuis, et le magasin est devenu un souk où une mère ne retrouverait pas ses petits.

 

Plein de clientes ont bizarrement disparus et petit à petit, quelque soit le moment, je comptais les mouches, alors que Kaa faisait des chiffres hallucinants.

 

Et elle s'est mise à causer au patron à tout bout de champs.

Toutes mes voisines de travail m'ont suggérer de la buter mais moi je suis trop polie, pardon, con pour faire ça.

 

Enfin, elle a commencé à me faire des remarques devant les clientes.

Je me suis plainte bien sûr d'autant que mon patron m'a demandé comment je m'arrangeais avec elle.

Je lui ai dit "Je ne m'arrange pas du tout", et il s'est mis à m'engueuler comme un hystérique en me disant qu'il avait autre chose à foutre que de se soucier de nos problèmes hormonaux.

 

Tiens, je devrais chercher "Comment se débarrasser d'un patron très con ?"

Il y en a qui croient que l'autorité se conjugue avec les hurlements.

Je les appelle les "petits zizis".

 

Je me doute que, pour ceux qui me suivent depuis un moment, cette s... leur rappelle Sunshine.

Eh bien oui, dans chaque lieu de travail, il y a une garce prête à tout pour arriver à ses fins.

D'expérience je peux également dire que ces mémères se retrouvent seules, aigries, et mises au placard à un moment ou un autre.

A propos de Sunshine, elle s'est fait virer, enfin, et se morfond de désespoir et d'incompréhension.

Et non, ces individus ne comprennent pas du tout ce qu'on leur reproche, même si on le leur explique en épelant chaque mot.

 

"Moi ? MOI ? Qui me décarcasse, qui nettoie, qui range (?), qui vend si bien, qui suis si gentille ?"

Le tout accompagné de trémolos dans la voix, de tremblements subtils des lèvres, et s'il le faut, de larmes de crocodiles.

C'est ce à quoi j'ai eu droit hier lors d'une réunion au sommet avec la nouvelle gérante.

Je fais une parenthèse pour dire quand même que la vie est un cirque, et que cette fraîchement nommée gérante est une daube qui ne sait même pas quelles sont les promos du moment et à qui je dois dire de changer les étalages.

Elle est chou et glousse à chaque connerie que je lui sors.

 

Elle a donc répété à Kaa ce que je lui reproche et Kaa a joué le 1er acte.

"Moi ? MOI? ..."

 

Voyant que je ne faisais même pas semblant de participer, elle est passée au 2ème acte et j'ai assisté à une transformation digne des films les plus flippants qui soient.

 


 

La gérante, appelons-la Simplette, en est restée bouche bée.

 

Kaa s'est mise à éructer en me foudroyant de ses yeux mauvais, ses boucles faussement blondes valsant de gauche à droite, noyant le petit noeud rose au sommet de sa tête.

 

Moi j'avais tellement envie de rigoler devant le spectacle que ça la rendue encore plus folle et elle m'a sorti la phrase qui tue "Tu es jalouse parce que je vends bien !"

 

J'ai éclaté de rire devant Simplette dépassée par la scène et qui n'a pu que sortir, "Vous vendez bien toutes les deux et vous êtes mignonnes toutes les deux !"

Mignonne, cette furie ?

Bon ...

 

Entre deux fous rires, j'ai dit que je démissionnais.

 

Le seul truc vraiment moche, c'est que vos proches vous prennent pour une caractérielle, et vous reprochent de ne pas mettre d'eau dans votre vin.

Autrement dit, de faire profil bas.

Peux pas faire ça.

Vraiment pas.

Ni le salaire, ni le job n'en valent le coup.

 

*Catégorie, pas bête mais méchant.

Repost 0
Miss caustic - in Portrait
write a comment
July 30 2012 2 30 /07 /July /2012 08:18

 

 

... c'est la religion.

 

Alors dire que tout fout le camp à cause de la religion ... c'est inutile..

Et un peu con.

 

J'ai découvert ici les degrés sans fin de croyances en tous genres, entre superstitions (c'est dingue ce que c'est lié), déguisements à toutes les sauces, innovations créatives et inepties incommensurables.

 

En diaspora, les choses sont un peu plus simples.

Il y a les non pratiquants, les pratiquants et les très pratiquants.

 

En Israël, il y a les laïcs et fiers de l'être.

Ils mangent du porc et des crevettes, ne font pas les fêtes, portent des vêtements réduits à leur plus simple expression, font la bringue à shabbat, et détestent les religieux.

(Enfin, tout ça "be kitsour", en très résumé !)

 

Il y a ceux qui mangent cachère, mais seulement à la maison.

Ceux qui mangent cachère partout, mais ne respectent pas le shabbat.

Ceux qui mangent cachère, respectent le shabbat, mais mangent quand même chez toi, même si ce n'est pas cachère.

Ceux qui font tout ce qu'il faut pour Lui plaire, mais s'habillent comme tout le monde, c'est à dire un minimum.

Celles qui font tout ce qu'il faut pour Lui plaire, portent des manches courtes, et des jupes courtes, et se couvrent la tête et celles qui font tout comme il faut, qui portent des manches et des jupes longues mais ne se couvrent pas la tête.

 

Ceux qui te font la bise, ceux qui ne te font pas la bise, mais te serrent la main, ceux qui ne te touchent pas, bien qu'ils t'aiment beaucoup (il se reconnaîtra celui-là), ceux qui te regardent de haut, ceux qui te parlent en regardant ailleurs, ceux qui ne te parlent pas, ne te voient pas, et pour qui tu n'es pas juif, et il y a ceux qui renient la partie de la famille non ou moins pratiquante, qu'ils soient parents ou grand-parents, frères ou soeurs.(Ceux-là c'est la secte des trous du cul.)

 

Il y a ceux qui font tout comme il faut, sauf que l'abstinence, à la longue ça les saoule, surtout après 25 ans.

 

blagues_sperme.jpg

 

Il y a ceux qui prient pour toi, parce que tu ne le fais pas, ceux qui te pardonnent, alors que tu ne le demandes pas, ceux qui t'apprennent plein de choses fascinantes sur ta propre Histoire, ceux qui ne veulent pas en entendre parler mais embrassent 100 fois par jour la mezzouza, ceux qui ont le courage de leurs choix, et puis il y a ceux qui, au cours de leur vie, se rapprochent et s'éloignent de Lui au gré des rencontres ou des peines.

 

Ceux qui font tous les jeûnes, ceux qui en font certains et ceux qui ne le font jamais.

 

Ceux qui En ont peur et ceux qui Le narguent.

Ceux qui n'Y croient pas mais L'implorent.

Ceux qui L'ont découvert et te regardent avec compassion, parce que toi tu ne vois toujours pas.

 

junior 1 

 

Mais ce que vous verrez le plus souvent, ce sont des familles où chacun s'accommode avec Dieu, et des photos de familles où chacun porte la longueur de manches qui lui plaît, se couvre où non la tête, est marié ou vit en concubinage.

 

Ou mieux, enfin je me comprends, des couples dont l'un est pratiquant et pas l'autre.

Et il y en a bien plus qu'on ne le croit.

 

La religion, c'est personnel, et surtout c'est ce qu'on en fait qui compte.

Dire qu'il faudrait un monde sans religion, c'est affirmer qu'un cerisier sans cerises serait toujours un cerisier.

 

C'est con.

 

  le-chat-et-dieu-par-philippe-geluk 1205507883.1213010037

 

 

 

 

Repost 0
July 28 2012 7 28 /07 /July /2012 12:44

En fait si j'avais un ego sur-dimensionné, j'écrirais tous les jours.

Mais voilà, ce n'est pas le cas.

Donc je m'en vais et je m' en reviens quand soudain je culpabilise un peu de ce manque de, de, de je ne sais pas moi de quoi, mais je m'en reviens donc.

 

Ce n'est pas que je n'ai pas la matière, loin de là, mais je suis trop crevée quand je rentre du boulot.

Je me suis tapée des heures hallucinantes, puisque j'avais plus de collègue.

 

Que tu bosses ici 11 heures d'affiliée, ne heurte personne.

Après qu'ils eurent virer ma collègue russe ultra méprisante, qui trouve que, je cite, "Toutes les israéliennes ont un gros cul",  je me suis retrouvée seule à faire la journée complète pendant des semaines.

 

J'ai maigri, ça oui.

Mais je n'ai pas arrêter de penser à ces gens qui triment comme des dingues toute leur vie en s'accrochant à de merveilleuses images de retraite au bord de l'eau, à siroter l'apéro entre amis, et qui meurent en même temps qu'il gagne enfin le statut de pensionné.

J'angoissais à mort, c'est le cas de le dire, et en plus je devenais nerveuse.

 

Je veux dire encore plus que d'habitude.

 

Je suis allée voir un acupuncteur qui fait du feng shui et d'autres trucs bizarres, suite à la métamorphose express d'une copine vachement aigrie et désenchantée, qui après une seule séance (si, je le jure) était revenue souriante et confiante dans son bel avenir.

 

Donc je vais voir ce type par ailleurs formidable, ( j'y retourne depuis toutes les deux semaines) , et je lui dit qu'outre le fait que je n'ai plus d'énergie pour rien, même pas pour causer à Chéri, qui quand je rentre a toujours 10000 trucs à me raconter, je vais incessamment sous peu buter quelqu'un.

 

grincheux.jpg

 

Et voilà que le gars, certainement bouddhiste me répond, "Ce ne sont pas les autres qui sont énervants, c'est toi qui prend tout mal !"

Ah ben merde alors..

 

Donc, exemple parmi 100, la cliente qui me demande à chaque fois qu'elle vient, c'est à dire toutes les semaines, si j'ai la même foutu blouse rose en taille 2, et à qui je dis systématiquement que c'est la dernière, celle qu'elle tient dans les mains, la taille 1, c'est MOI qui le prend mal, et pas elle qui concoure à qui est la plus con ?!

Vous connaissez "Le jour sans fin", le film ?

 

Elle entre, se fout pas mal que je sois occupée avec plusieurs personnes, m'interrompt toutes les deux minutes, sort ce p... de machin rose et commence en gémissant.

C'est la dernière taille ?

Oui.

Tu es sûre ? Même pas dans la réserve ?

Non.

Dans un autre des magasins ?

Non. Même pas au stock, nulle part. Plus, dernière, fini.

Elle geint. Oooooooh, je la voulais tellement celle-là !

Elle va l'essayer et ressort. Oooooooh, elle est trop petite.

( Là elle commence à me gonfler.)

Oui elle est trop petite, comme la semaine dernière et la semaine d'avant d'ailleurs.

Tu peux VRAIMENT pas m'en trouver une quelque part ?

(Je rappelle à ceux qui sont toujours là qu'il s'agit d'une blouse.)

La semaine dernière, je lui ai proposé de lui faire une lettre dans laquelle je lui écrirais que non, je ne l'ai plus, nous ne l'aurons plus, elle n'est plus !

 

Bon elle est pas revenue celle-là, mais elle doit être en vacances, parce qu'elle a un commerce pas loin.

 

Celles qui rentrent avec leur bébé, la poussette, la copine qui a aussi un bébé et une poussette.

Le bébé tenu à une main, le téléphone dans l'autre, elle passe le bébé à sa copine qui secoue l'autre poussette parce que le petit braille, mais prend quand même le rejeton pour que maman/copine essaye ce qu'elle a sélectionné je ne sais pas comment.

Bien sûr elle demande l'avis de celle qui babysitte, qui n'a aucun goût et qui s'en fout parce que son descendant braille de plus belle, qu'il faut donc qu'elle rende bébé à sa propriétaire, parce qu'elle doit allaiter ...

Elle sortiront sans rien acheter, parce que "Tu comprends, je me sens moche après l'accouchement, l'allaitement, tout ça ...)

 

Celles qui essayent tout en me demander chaque fois le prix pourtant indiqué, qui marchandent à la caisse et me disent qu'elles n'ont plus de sous parce qu'elles les ont déjà dépensés ... ailleurs.

 

 

Ma fatigue et ma mauvaise humeur, ce sont les emmerdeuses qui en ont fait les frais.

Le plus intéressant c'est que rien ne peut les déstabiliser ces bonnes femmes.

Plus je les malmène, plus elles m'aiment.

 

Mais ça a quand même duré cette histoire, jusqu'au jour où j'ai appelé mon patron, et où je lui ai dit que j'avais une vie à part le magasin, et que j'en avais furieusement marre.

Il m'a répondu que tout le monde se rend compte à quel point je suis merveilleuse, si, si, c'est ce qu'il a dit, et je lui rétorqué que je sais pertinemment que je suis merveilleuse.

 

Celle-là il ne l'attendait pas.

 

Il y a eu un silence et puis j'ai entendu "Toda". ("Merci")

J'ai dit, je ne veux pas de merci, je ne veux pas de compliments, je veux une collègue !

Depuis tous les jours, lui, sa femme, le bureau, tout le monde m'appelle pour savoir comment je vais.

 

N'empêche, j'aurais dû la fermer.

Parce que j'ai une collègue maintenant.

Et je la déteste !

 

est-de-mauvaise-humeur.png

Repost 0
May 26 2012 7 26 /05 /May /2012 18:10

Chéri est rentré un soir, en me déclarant qu'il avait dit à une collègue qu'il ne retournerait jamais en Belgique.

 

Et que si moi je voulais y retourner, j'aurais qu'à y retourner toute seule.

 

...

 

Mais ça va pas non ?

 

Aussitôt dit, aussitôt mes pensées se sont emmêlées dans un fatras de "Quoi, il ne me suivrait pas au bout du monde ?

Qui a jamais dit ou penser que je pourrais avoir ne fusse qu' 1 00000000000000 ème de nano seconde envie de retourner "là-bas ?

C'est qui cette collègue ?

Il me laisserait vraiment partir ?"

 

Je risquai donc un "Tu me laisserais y aller toute seule ? Mon oeil !"

 

Et il est monté sur son grand cheval en m'assenant que non, Ô grand jamais il ne retournerait dans ce pays qu'il n'avait jamais aimé, ( Oui, chéri est né en Afrique, au Congo plus exactement, ce qui lui a valu des remarques du genre, "Tu es bien blanc pour un africain !"...

Mais bon je m'égare.

 

Il était dans tous ses états, remonté comme un coucou,  m'assenant que c'est ici chez lui, et que rien que l'idée que peut-être ...

 

Je lui ai dit que mais non pas du tout, je n'ai aucunement l'intention de, ...arrête de picoler ...

 

"Je n'ai rien bu."

(Dommage.)

 

Moi: C'est qui encore cette copine-collègue fouteuse de m... ?

Lui: Mais oui tu sais bien.

Moi: Non.

Lui: C'est pas grave.

...

Moi: Mon oeil que tu pourrais vivre sans moi.

Lui: Ben, je n'aurais pas le choix, si tu t'en allais !

...

Moi: Mais je n'ai pas du tout l'intention de partir.

Lui: Bon, ça va alors.

 

Repost 0
May 24 2012 5 24 /05 /May /2012 17:32

Je suis restée deux mois sans clim (atiseur), et je peux vous dire que je suis devenue acariâtre.

 

D'abord parce que j'ai signalé qu'elle ne fonctionnait plus à la fin de l'hiver.

 

Lorsqu' enfin je sortis les mots magiques, à savoir,  "Les clientes se plaignent", la gérante se décida à appeler le gars qui.

 

Seulement voilà, tout le monde téléphone pour des pannes de clim en même temps.

 

Les clientes ne se plaignaient pas plus que ça en fait.

Je me suis plutôt tapé des réflexions à la con, qui ajoutées à une franche mauvaise humeur parce que j'avais chaud, ne me rendirent pas aimable du tout.

 

"Pourquoi il n'y a pas la clim ?"

...

 

(Pour te faire parler, merde.)

 

Je n'allumais plus les spots non plus, car qu'est-ce que ça chauffe les spots.

"Tu as une panne d'électricité ?"

...

 

"Qu'est-ce qu'il fait chaud ici !"

 

(Sans blaaaaague !)

 

Tu ne trouves pas qu'il fait chaud ? Tu n'as pas la clim ? Pourquoi tu n'allumes pas la clim ? Tu as des robes ?

 

( Toi, je vais te frapper.)

 

Après un mois de "Le dépanneur va venir, il vient demain, il arrive cette après-midi, il n'est toujours pas venu...", je suggérai de chercher quelqu'un d'autre, parce que j'allais finir par commettre l'irréparable.

 

Un bonhomme arriva le lendemain, tel le Messie, ce que je lui dit d'ailleurs, et il se mit en tête de chercher le problème.

 

Les clientes qui voient le gars travailler :

 

"Qu'est-ce qui se passe ?

"J'ai plus de clim."

"Oi, comment tu peux sans clim ?

"Je ne peux pas sans clim."

"Il faut le dire à tes patrons !"

( Sans blaaaaaague !)

"Moi à ta place, je n'accepterais pas, et les clientes n'ont pas envie d'acheter, et encore moins d'essayer. Je cherche un pantalon 3/4."

( Ta gueule.)

"Il faut que tu boives beaucoup !"

"Je vais aller t'acheter une glace, tu veux ?"

"Pourquoi il n'y a pas de lumière?"

"Vous fermez ?"

 

Le Messie fit toutes sortes de choses qu'il m'expliqua et me dit "Maintenant il faut attendre deux jours."

...

 

Snif.

 

Deux jours plus tard, il m'annonça que c' est foutu et qu'il faut en acheter une nouvelle.

Il faut l'accord de mes patrons, il faut la commander et il faut la placer.

 

Snif.

 

Il y a trois jours, il est revenu avec tout le matos pour enfin installer la nouvelle clim.

J'ai tout bouger dans le magasin, un vrai chantier avec du bruit, de la poussière, des ouvriers qui suent.

Et des clientes qui enjambent les câbles, contournent les outils et crient "Qu'est-ce qui se passe ? Tu as des t-shirt sans manches ?"

 

glaces 

Repost 0
May 13 2012 1 13 /05 /May /2012 13:16

Mon propriétaire, cette vieille canaille, ne comprend rien à la modernité.

 

A part pour ce qui est du téléphone portable.

J'entends par là que je dois lui répondre à la minute où il appelle, au risque de me faire harceler tel un numéro d'urgence fonctionnant même à shabbat.

 

Il ne comprend rien à la modernité, et encore moins à la nécessité de mettre aux normes le gaz ou l'électricité.

Surtout quand il faut payer.

Cette fripouille m'a envoyée paître un jour d'hiver où je l'appelais pour lui signifier une fuite d'eau qui n'avait rien d'un ru champêtre,dans nos toilettes.

Picsou me répondit, agonisant, "Pourquoi c'est moi que tu appelles ?"

 

Ce mec est fort.

 

Je lui dis donc qu'étant l'heureux propriétaire de ce lieu en agonie, il lui incombait de colmater les désagréments. ( Et je suis soft, là.)

D'une voix chevrotante, il m'ordonna de faire le nécessaire, ayant fait bien assez déjà, (il a dit ça oui, oui) car lui, là tout de suite, il allait comme le dit la blague, raccrocher et mourir.

Avant cela, il me suggéra néanmoins, et sans honte,de surtout fermer les vannes quand on aurait pas besoin d'eau.

 

J'avoue qu'à ce stade, je fus prise de panique à l'idée de la mort de ce piètre comédien, car j'allais devoir m'adresser à sa pas encore veuve, toquée et sourde comme un pot elle aussi, qui ne me reconnaît jamais au téléphone, même après que je lui ai dit mon nom et mon adresse.

 

Chéri, qui a des mains en or, résolut le problème.

Pour un temps.

Jusqu'à la semaine dernière, où j'eus le plaisir de découvrir "Gogues sur mer", alors que je venais de me réveiller.

 

Merde, again.

 

Et puis, le voisin du dessus, le fils du poivrot du 3ème, descendit nous signaler que sa salle de bain était complètement inondée.

Oui, ceux-là même, qui connurent déjà les plaisirs d'une salle de bain éventrée pendant des semaines.

 

Chéri, très soucieux de civilité et autres bonnes relations avec les voisins, me signale qu'il va aller fermer l'arrivée d'eau qui se trouve dans le jardin.

Et qu'il va falloir appeler Grippesou. ( Et ça c'est pour ma pomme.)

 

Le veil emmerdeur est très désagréable quand il doit entendre que chez lui, tout se déglingue.

Réaction systématique du bonhomme, "Je dois venir voir."

Mias il est plus occupé que Hollande en campagne, et donc, le temps qu'il constate, le temps qu'il pige d'où ça vient, qu'il vérifie qu'il ne pourra pas réparer lui-même, ... nous serons en automne.

 

Il veut parler à Chéri, parce que moi je ne suis qu'une femme, et après il veut me parler à moi, parce que "Ton Chéri ne comprend rien".

( Chéri comprend tout, mais il parle un patois que lui seul connaît et ça peut effectivement poser problème parfois.)

Chéri, qui est tellement extraordinaire, tellement ...(soupir), a compris que ça venait du doud shemesh, le gros bidule plein d'eau sur le toit.

Il dit à Chéri d'aller sur le toit, mais Chéri refuse.

Puis il dit qu'il doit trouver quelqu'un, que ça va prendre du temps...

Et qu'en attendant, on a qu'à fermer l'eau afin de ne pas nuire à nos voisins !

 

Je vais me le faire l'ancêtre !

Je vais l'emmener sur le toit moi, pour qu'il y dessèche, je vais ...

Le voisin du 4ème, que je n'ai jamais vu de ma vie, frappe à notre porte.

Bonjour, je suis David du 4ème.

Enchantée.

Mon fils m'a réveillé pour me demander une bouée, sa chambre étant sous eau.

J'avoue que là je suis contente.

Je propose à David, qui connaît très bien le vieux, de lui téléphoner.

D'emblée il gueule dans le téléphone, "Allo ? C'est David, ton voisin, l'Iranien...

DAVID L"IRANIEN, OUI, DU 4ème...Mais ça va, et toi ?"

 

Puis il lui explique et l'autre de recommencer ses histoires de pas le temps, doit venir voir, ...

David le coupe toujours aussi gentillement et lui dit qu'il connaît quelqu'un et que ce sera résolu le lendemain.

Que ça ne lui coûtera pas cher, et que...

Mais Papy s'en fout, il a entendu l'essentiel.

Il ne doit rien faire, et ça ne coûtera pas cher.

 

Merci, mon D' d'avoir  presque noyé le fils de David !

 

douche.jpg

Repost 0
May 10 2012 5 10 /05 /May /2012 20:47

L'hiver est passé, et le printemps aussi.

Enfin si on peut dire.

Car l'été s'est, comme qui dirait, abattu sur nous depuis déjà des semaines.

 

Beurk.

 

Entendons-nous bien, le soleil, c'est sympa.

Mais la chaleur, ....Ô que non !

Parce que de là à s'imaginer que les concepteurs de nos abribus ont pensé à nous sous la canicule, attendant ce foutu bus 29.

Ou le 2, le 149, le...

What ever.

Tu parles, Charles !

 

Nous, flirtant avec le cancer de la peau, la déshydratation, ou la brûlure des rétines, parce que eux, infoutus de faire des abris qui abritent.

 

Bon enfin, qui ça intéresse en définitive, mmmm ?

 

 

Donc, nous voilà en été, et rien n'a changé.

Toujours contents, toujours fauchés.

Mais contents.

Pas d'être fauchés, ça non.

Mais contents d'être là.

 

Pourquoi fauchés ?

Ben, parce que les salaires en Israël, c'est pas la joie, pas la joie, pas la joie du tout.

C'est même un sport d'exploiter les travailleurs, qu'on se le dise.

Et comme l'israélien a le sens du ...

Du quoi au fait ?

 

C'est vrai ça, quel couillon l'israélien.

Il comprend tout, accepte tout, se lamente parfois, mais reste quand même.

Dans une boîte, à poste égal, deux personnes peuvent gagner deux salaires différents.

Pareil dans un magasin.

 

Bien sûr qu'il y a des gens qui gagnent très bien leur vie ici.

Les plus malins, ceux qui perçoivent des salaires en dollars ou en euros, ceux qui ont une grande gueule et des cohones.

Ou qui ont tout à la fois, ça existe..

 

Les autres, ceux qui ne parlent pas l'hébreu, et qui se retrouvent dans des boîtes étrangères dont les succursales recrutent de la même façon qu'elles recrutent les indiens, ceux qui vous expliquent pourquoi votre ordinateur affiche un écran vert tout à coup, sont surexploités.

En heures, mais pas en pognon.

 

Sauf que les indiens d'ici, des français et des anglo-saxons, pour la plupart, on les comprend mieux.

Même si on ne comprend toujours pas pourquoi l'écran est vert, et encore moins comment y remédier, mais ça ...

 

Il y aurait beaucoup à dire sur le travail en Israël, mais ça prendrait des pages.

Je vous invite, si vous faites votre alya, à me contacter pour que je vous donne quelques astuces pour ne pas (trop) se faire ent...avoir, et surtout, où il ne faut PAS postuler.

 

Je vous ferai gagner beaucoup de temps.

 

Mais avant tout, apprenez l'hébreu, soyez malins.

Et cohérents.

Si on émigre, la moindre des élégances est d'apprendre la langue du pays.

 

Moi ? J'en suis à mon 9ème boulot, je crois.

 

Toujours dans un magasin.

A Raanana.

Seule.

Enfin !

Je veux dire sans collègues, hein, pas sans clientes.

 

Oui, des fringues, toujours.

Oui sympa, et tout à fait inintéressant.

Quoique je rencontre plein de gens passionnants, venus du monde entier.

J'aime.

 

Bon et puis j'ai bien avancé dans ma petite entreprise future et prospère.

Je cherche un endroit, mais ça peut prendre des mois.

 

Alors en attendant...

 

 

Repost 0
December 31 2011 7 31 /12 /December /2011 10:07

D'abord je voulais dire que je trouve fascinant de constater que, que j'écrive ou non un billet, j'ai autant de visiteurs.

A quoi bon se fouler alors, mmmm ?

 

Ensuite à tous ceux qui me disent ne plus pouvoir accéder à ce blog ou oublier de le consulter, il suffit de vous inscrire à la newsletter ce qui vous permettra de vraiment penser aux choses importantes.

Faut tout vous dire ou quoi ?

 

Ceci étant dit, je me prépare à ne pas du tout fêter le Nouvel An, car sans homard ni foie gras, ...Oui je sais les oies, le gavage, mais moi c'est le canard...

Oui je sais les canards....

"Bref",  mot vide à la mode, un Nouvel An sans foie gras et sans mièvreries télévisuelle, ça ne vaut pas le coup.

 

Qu'a donc apporter cette foutue année 2011, sinon que j'ai eu un demi-siècle? (Merde..!)

 

Peu de joyeuseté il faut le dire, du moins à l'échelle planétaire, à part peut-être la mort de l'un ou l'autre despote malheureusement vite remplacés par pire et plus jeune.

 

Des massacres ignorés, des femmes réduites à l'état de choses à enfanter, des enfants éduqués dans la haine, des pseudos-croyants obsédés par ces femmes qu'ils appellent le Diable...

 

Oui, je voulais approfondir ce sujet justement.

 

 

Ici et là on a pu lire, je veux dire chez nous, l'attitude minable et primitive de quelques ultras cons, pardon, orthodoxes, qui veulent revenir à l'époque merveilleuse où l'homme de Cromagnon tirait sa femme par les cheveux en grognant.

 

humour femme préhistoire

 

Nous aussi on a nos demeurés, et bien qu'ils soient minoritaires, ils font trop de bruit et personnellement, je ne peux pas les encadrer.

Cette minorité bruyante est celle qui nie l'existence de l'Etat d'Israël, sous prétexte que le Messie aurait raté son vol, mais qui prend les allocations de ce même Etat sans ciller.

Séparation des femmes et des hommes dans les bus, (on croit rêver), enfant agressée parce que sa jupe n'est pas assez longue, jeunes filles qui doivent baisser les yeux et se faire discrète dès qu'un mâle surexcité fait mine de la croiser...

 

J'ai vécu en direct ce genre de comportement hautement ridicule, lors de mes premières semaines en Israël, ce que j'ai raconté je ne sais plus où.

 

Je suis allée avec une amie acheter une cuisinière chez un vendeur de Bnei Brak.

Bnei Brak est une ville ultra religieuse et ultra sinistre où vivent les "noirs"comme on les appelle ici.

Les femmes portent la perruque et ne s'habille qu'en noir et en gris et les hommes portent le costume noir.

 

bnei brak

Notre vendeur à papillotes a pourtant eu l'air ravi de nous voir entrer, mon amie et moi.

Sans doute s'est-il mis à bander, je n'en sais rien, il est resté assis.

Sa secrétaire, elle, nous a regardées comme si nous étions deux poufs en goguette.

 

Ce qui relie les extrémistes en tous genre c'est évidement leur immense bêtise mais aussi une peur viscérale de tout ce qui leur échappe.

Et donc, sous prétexte qu'une femme, bien qu'emballée comme un jambon casher, les fasse soudain bander, il faudrait la priver de toute existence en dehors de la maison.

Oui, je peux écrire et dire "bander", ce n'est pas réservé aux seuls machos et autres limités.

 

la-femme-de-cro-magnon

 

Aucun des "sages" qui conseillent les communautés, sectes, groupuscules en tous genre, n'a jamais préconisé une bonne douche froide à ces imbéciles, ni d'ailleurs ne fût-ce qu'un peu de retenue.

Je me souviens, lors des quelques cours que j'ai suivi à l'oulpan de Modiin, de l'attitude des étudiants pré et post pubères de la yeshiva dans laquelle deux classes nous étaient allouées.

On pouvait voir leurs hormones virevolter autour d'eux telles des milliers de petites fées Clochette titillant leur testostérone.

A la vue de n'importe quelle bout de tissus ressemblant à une jupe ils partaient en vrille, hurlant de leur voix cassée et rougissant de sentir la bête se dresser dans leur pantalon.

 

On en revient toujours à ce problème technique difficilement contrôlé par certains frustrés, pour manipuler ces hommes en "mâle de virilité", soit en prétextant que leurs fautes sont le fait de ce Satan en bas résilles, soit en leur promettant des vierges en file indienne afin de légitimer le pire.

 

Soit on leur interdit toute approche charnel, ce qui les rend parfois, trop souvent, pédophiles.

 

Si tu bandes c'est mal, attends de bander au Paradis.

 

Sexy-Devil-Girl-Adult-Halloween-Costume.jpg

 

 

Je finirai par une note optimiste, car chaque jour apporte son lot de franche rigolade quand même, du moins si on fait un petit effort.

 

Mon assurance m'a appelée, que dis-je, harcelée, pour me vendre de quoi pratiquement espérer l'accident, tant si,  Has Ve Halila ! , "Tu te casses la jambe et tu peux pas travailler, tu reçois 20000 shekkels", si .....

 

Mor, c'est le nom de la fille, ça ne s'invente pas, me pose les questions habituelles, et puis elle me demande si je fume, hésitation, des cigarettes.

Je suis partie d'un fou rire et je lui ai dit que j'aime tellement ce pays, parce que où ailleurs dans le monde, on te précise qu'on parle de fumer des clopes ?

Et elle aussi a ri.

 

Bonne année 2012, qu'elle nous surprenne celle-là !

 

Repost 0

Présentation

Profil

  • Miss caustic
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes.
Ou le contraire.
Bavarde.
Gai luronne à ses heures.
Imbue d'elle même et menteuse!
Non, ça ce n'est pas vrai!
  • Je suis quelqu'un d'inintéressant qui raconte des choses intéressantes. Ou le contraire. Bavarde. Gai luronne à ses heures. Imbue d'elle même et menteuse! Non, ça ce n'est pas vrai!

Recherche

Pages